Chers amis!

 

 

 


Ma femme Sabine et moi,

 

 


nous nous mettons doucement d’accord sur le choix des images.

 

 


Mes parents, ma sœur, mon frère et moi, en 1944.

 

 


Mes grands-parents en voyage à Helgoland au temps du Troisième Reich. Ensuite ils auraient aimé prendre le bateau à Zanzibar. Des actes belliqueux de la deuxième guerre mondiale contrecarrèrent ce projet.

 

 


Le père de Sabine à l’age de trois ans avec sa mère.

 

 


Les parents de Sabine.

 

 


La génération des petits-enfants, quand ils sont venus au monde, n’ont pas capté grand chose de la guerre et de sa nature, mis à part un peu de tonnerre d'artillerie. Plus tard, les jeunes ont choisi des îles qui se trouvaient loin de tout conflit. Par exemple, l’Eivissa de l'ère des hippies.

 

 


Dans les années soixante et soixante-dix du siècle dernier, cette terre pacifique offrait toutes les conditions pour mener une vie tranquille.
Entre les hippies, des biens matériels avaient peu d’importance.
Toutefois, quelqu'un qui n'était pas capable de suivre le rythme et l'harmonie de la vie spirituelle, était mal à l'aise dans cette communauté pleine de bonté et de chaleur humaine. Game boys et game girls étaient faits de chair et de sang, et des téléphones mobiles étaient inconnus. Il y avaient peu de lignes téléphoniques sur l’île. Quoiqu'il en fût le motif, tous les rendez-vous se déroulaient inévitablement à titre personnel.

 

 


Dans le troisième volume de Snakiestory, lequel n’est pas encore achevé, les demi-frères Billy et Manuel (sobriquets Quee et Jiggy) se trouvent dans une période de vie marquée par des activités artistiques et la quête d'une vie spirituelle.

 

 


Les amies de Billy et Manuel, Diana et Virginia, s’assurent que les deux garçons... 

 


...maintiennent un niveau raisonnable dans leurs excentricités.

 

 


En quatre décennies, nous avons changé de logement plus d'une douzaine de fois. Le plus important pour nous lors des déménagements était le traitement méticuleux des livres les plus estimés. Faute d’emplacement disponible, les amis moins proches entre eux – hélas! – ont à chaque fois dû être laissés de côté. Mais ils se sont passés à d'autres mains soigneuses.

 

 


Nos chats ont subi le même sort. Le premier, Mauli, était un animal très distingué de la noblesse ibicenque. Il nous accompagnait pendant cinq ans. Sa mort a été telle, que nous la souhaitons pour nous-mêmes: Être autonome et joyeux jusqu’au dernier jour. Mauli sauta sur son endroit préféré, notre lit, s’étira encore une fois et mourut. Vraisemblablement par crise cardiaque. Le chat repose sous un pin dans la forêt sur la baie de Salt d’en Serra, où l’animal aimait aller à la chasse.

 

 


Suite à Mauli nous étions honorés par la présence de Tiger, Diablo, Tabby (la créature la plus placide qui n’a jamais vécu avec nous, cependant un peu naïf pour un chat) et Betsy Benilde Campos. D'autres chats ne venaient qu’en visite, par exemple Bingo, un énorme chat chartreux d’un tel poids que les carreaux décollés claquaient sous ses pieds. L’image montre Titi, qui aimait faire la sieste au-dessus des culottes de peau de son maître. D'autre part, il avait une tendance malsaine au caoutchouc des pneus de voiture et ne se fatiguait pas à les renifler. Un beau jour, les roues d’un Land Rover se mirent en mouvement sans le bruit d’avertissement du moteur et lui brisa la nuque.

 

 


À Titi appartenait Sir Schnurrli, le félin qui vit à présent avec nous. Où qu'il en soit, il ne faut que parler à ce chat sans le toucher physiquement, et il commence immédiatement à ronronner. Ce phénomène d'une tendresse télépathique, pour ainsi dire, tout comme le plaisir de se laver sans cesse, aurait dû inciter les anciens Égyptiens à diviniser l’espèce Felis catus.

 

 


En ailleurs, Sir Schnurrli est une fiable et utile bouillotte par temps froid.

 

 


Depuis vingt ans, le Haut-Ampurdan dans la partie espagnole de la Catalogne est devenu pour Sabine et moi un deuxième chez nous. Le paysage au pied des Pyrénées Orientales est vaste et vide.

 

 


Un morceau de terre qui, à coté de l'intégrité du paysage et des hommes capricieux, offre de l’espace aux beaux-arts et aux autres belles choses de la vie. À notre âge, nous ne sommes plus obligés de travailler. Néanmoins, Sabine s’occupe encore un petit peu de son métier. Ici ou là, elle donne un coup de pouce aux jeunes artistes qui n'ont aucune expérience de se mettre en contact avec des galeristes et le marché de l'art.

 


Georg Eisler · À Sabine Leingartner · 1973 · De notre collection

 

La précoce passion pour les beaux-arts devient pour Sabine plus tard une vocation. Après des différentes activités dans des galeries à Salzburg, Berlin et Londres, elle possède une profonde connaissance qui elle permet de diriger la galerie Junge Generation à Vienne, un lieu de rencontre pour des peintres appartenant aux différentes tendances. Ils portraiturent parfois la jeune femme – il n'y a rien d'étonnant à cela. Un spécial souvenir à cette période est le dessin de Georg Eisler, fils du compositeur Hanns Eisler.

 

 

Robert Zeppel-Sperl · Quartette · 1977 · De notre collection

 

Nous étions liés par une étroite amitié avec le peintre autrichien Robert Zeppel-Sperl, qui – hélas ! – est décédé trop tôt. Nous avions en commun l’amour de la Méditerranée et autres merveilles de la vie.

 

 

Quant à Walter Benjamin qui, épuisé par la persécution nazi, à Portbou mit terme à sa vie, nous pouvons aider aux voyageurs, qui s’intéressent au philosophe allemand, de connaître mieux tel ou tel aspect de sa biographie. Un élément important en est la toujours gentille et patiente aide de l’ancien maire de Portbou, Josep Maria Moré i Canals.

 

 


À côté de tout cela, l’essentiel de la vie quotidienne n’est pas oublié. Ainsi, le Club Societat Coral Erato, Plaça Triangular, Figueres.

 

 


Où un tournoi d'échecs blitz est comme une gorgée d’élixir de vie.

 

 


Ainsi qu'à certains jours la conversation des vieillards sous le soleil méditerranéen.

 

 


Quand la journée se termine, c’est l'heure d'ouvrir une bonne bouteille de vin. L’odeur de tabac à pipe se répand.

 

 


Et pourquoi pas y ajouter, propre aux personnes âgées, des réminiscences de toutes sortes s'adressant à tous ceux qui nous sont proches? Old acquaintance should never be forgotten.